Historique de la paroisse

Le 20 octobre 1859, Son Eminence le Cardinal Sterckx nomme Monsieur l'Abbé G. Michiels, curé de la paroisse à naître. Son lieu de culte provisoire sera installé dans un local situé rue de l'Harmonie, 6, et qui a, précédemment abrité la « Grande Harmonie »: lieu historique, donc.

Cette chapelle sera inaugurée le 20 octobre 1859.
Trois semaines plus tard, le 16 novembre 1859, la première Fabrique d'Eglise voit le jour : Monsieur Herry, bourgmestre de Laeken en sera le premier Président.

Une proposition de construction de chapelle à la Vierge Marie sera faite le 05 mai 1860. Les plans de l'architecte Raymaekers pour l'église sont approuvés le 27 septembre 1860. Ses dimensions sont 54m de long sur 23m de large.

Le 11 mars 1862 commence la construction de l'église située au Parvis St Roch, aujourd'hui, boulevard Simon Bolivar.

Ancienne paroisse Saint Roch

Les bombardements détruisant les ponts du canal, en 1943, causent de gros dégâts à l'église.

L'église vieillit doucement, les dégâts de la guerre s'aggravent, une demande est donc fait en 1960, pour la réalisation de travaux nécessaire. La réponse tarde…les dégâts s'alourdissent…

En 1964, un plan urbanistique, le fameux «Plan Manhattan », prévoit la disparition de l'église pour « intérêt public ». Après 4 ans de « réflexion », la décision de ne pas entreprendre les travaux de réfection urgents est prise. Les seules mesures autorisées limiteront les risques pour les pratiquants et les passants…

L'église survivra vaille que vaille jusqu'au 12 septembre 1971 où sera célébrée la dernière messe solennelle. Mais elle aura tout de même fêté son centenaire dans la joie et l'action de grâce des fidèles.

Peu de temps après, pelles, pioches et masse mettront fin, sans vergogne, à la vie et aux secrets de la vieille dame : tous ceux qui y ont prié, y ont reçu les divers sacrements se sentent, encore aujourd'hui, quelque part peu orphelins d'une partie importante de leur vie….

Eglise et chapelle provisoires

Pour nous permettre de célébrer notre culte à Dieu, en attendant que soit construit le nouvel édifice,(promis endéans les quatre ans), la ville nous propose un hangar situé au 4 rue Nicolay.

Dans les tractations avec l'autorité communale, il ne faut jamais être pressé. Et le temps passant, nous nous prenons à aimer notre hangar et demanderons finalement à y rester.

La ville accepte notre demande et nous livre un plan de modifications à y apporter. Pour ce faire, il nous faudra occuper une « chapelle provisoire » au 8 rue Nicolay et en enlever tout mobilier qui s'y trouve stocké depuis 1971. Une dernière messe sera célébrée le dimanche, dans notre cher hangar et juste après, les fidèles, le sacristain, les prêtres, toutes les bonnes volontés font la chaîne pour sortir le mobilier de l'église provisoire et le placer dans la chapelle provisoire….serions-nous vouées au provisoire.

Tractations : Où reconstruire l'église St Roch ?

Plusieurs projets d'emplacement seront présentés :

  1. Dans un bâtiment à construire sur l'emplacement de l'ancienne brasserie «Perle-Caulier », rue Herry.
  2. En 1969, un socle entre les bâtiments Amelinckx et l'école St Roch, quartier Héliport.
  3. En 1978, proposition de construction de l'église au boulevard Emile Jacqmain(l'actuel boulevard du Roi AlbertII) sur l'emplacement de l'actuel «Hôtel Président ».
  4. En 1980, proposition de rester rue Nicolay.
  5. De 1980 à 1987, la ville forme divers projets….sans suite! En 1986, la ville propose l'aménagement de l'église provisoire et la mise d'une façade donnant sur la chaussée d'Anvers.
  6. En 1987, la Fabrique d'Eglise marque son accord.

Enfin reconstruction en vue

Pour en arriver là, il aura fallu…. « 26ans de pourparlers (début en 1967, début travaux 1993), de projets divers, d'âpres discussions. La Ville va enfin nous remettre et reconstruire une part de notre dû… » propos du curé J. De Cock.

Selon la ville, les travaux pour l'adaptation du hangar ne pouvait excéder 120 jours ouvrables, soit plus ou moins 7 mois. Le début du chantier pourrait intervenir, au plus tôt, en octobre 1993.

Le réaménagement des immeubles rue du Faubourg 5 et 7…et l'aménagement du parvis dureront 340jours ouvrables soit 20 mois à peu près. Les travaux auront, de fait, duré jusque fin octobre 1995.

Enfin, voici la nouvelle église St Roch, Vingt quatre ans après la démolition de l'église centenaire, voici enfin le nouvel édifice! La Ville nous l'avait promis dans les quatre ans…. Novembre 1995, vit le quartier en fête : depuis le temps qu'on l'attendait !

Nouvelle paroisse Saint Roch

Dîner de fête, sketchs, Majorettes, fanfares….et le soir, enfin : remise de la cité à Tibor, le sacristain, qui ouvre solennellement la nouvelle église. Une multitude de prêtres venus du voisinage, les prêtres orthodoxes, le pasteur et les Anciens chez les protestants du quartier, les autorités ecclésiales et civiles et enfin les fidèles en bon ordre : petits et grands, jeunes, adultes et aînés vont se serrer pour fêter ensemble le Dieu d'Amour qui a tant attendu «Sa maison parmi nous ».

Ce sera une concélébration interconfessionnelle et avec les autorités paroissiales et ecclésiales. Une célébration dans la joie et la fraternité. Monseigneur Daneels, cardinal de Malines-Bruxelles bénira bâtiment et fidèles.

La fête continuera encore après la célébration : difficile d'en terminer quand on a tant attendu…

Qui est Saint Roch : son origine, sa vie

Saint Roch naît XIVe siècle à Montpellier dans le Languedoc en France. Roch est, en fait un nom de famille. Un registre de Montpellier signale que son père, Jean Roch, y fut Consul en 1348.

On ignore le prénom du saint. La famille Roch, originaire de Catalogne, vient se fixer à Montpellier au début du XIIe siècle. Elle fait le commerce de soieries, de draps, d'épices et de bijoux avec l'Orient. La mère de Roch se nommait « Dame Libère » d'où certains pensent qu'elle serait originaire de Lombardie.

Au moment où Roch vient au monde, la peste noire se répand en occident entre 1348 et 1350. Elle tue un tiers de la population. Montpellier ne sera pas épargnée : saccages, pillages, incendies et terreur règnent pendant les cinq ans qui suivent. Puis en 1362, la peste réapparaît et tue jusqu'à cinq cents personnes par jour…

Saint Roch fera des études dans la faculté de médecine de Montpellier située dans l'ancien monastère de St Benoît ; faculté dont le Pape Urbain V pose la première pierre quand St Roch a 14 ans.

A la mort de ses parents, il distribue tous ses biens et part en pèlerinage à Rome. Mais arrivé à Acquapendente, il lui est conseillé de passer sa route car la peste y règne. Mais Roch décide de rester sur place et soigne les malades. Il possède le don de guérir en plus de sa science encore impuissante devant les épidémies.

Les gens louent la bonté de Roch et reconnaissent en lui la main de Dieu venu les secourir. La sainteté de Roch n'est pas tant liée au nombre de guérisons réalisées qu'à la force de son amour pour ses frères souffrants, jusqu'à l'héroïsme.

Un pèlerin venu de Cesena, porte à sa connaissance le règne de la peste en cet endroit. Cette ville se trouve à 200km à l'apposé de Rome, mais Roch s'y rend pour soigner les malades et les guérir.

En janvier 1368, Roch arrive enfin à Rome où il se rend en pèlerinage et, suivant la coutume, va prier dans les sept basiliques pour demander le pardon de ses péchés. Il passe trois ans à Rome et repart par Assise et Plaisance et là, à nouveau la peste fait des ravages. Roch y demeure et soigne les malades. Cette fois cependant, il contracte la terrible maladie…il se réfugie alors dans la forêt voisine pour y mourir à l'aise. Il demande à Dieu de pouvoir mourir en paix. Mais en réponse à sa prière, un chien lui apporte du pain et conduit Roch vers un cours d'eau. Le maître du chien le suit un jour et trouve Roch en prière : le chien appartient au Seigneur Palastrelli. Celui-ci vient souvent voir Roch et ils deviennent amis.

Plus tard, Roch se remet en route, mais à l'approche de Voghera, il meurt le 16 août 1380 et sera enterré dans l'église de Voghéra dont les habitants et ceux de la région viennent prier sur sa tombe.
Le Pape Urbain VIII confirme sa canonisation et son culte prononcés par la voix populaire. Ses reliques sont conservées à Montpellier, Venise et Arles.

Mais c'est surtout à Plaisance et à Naples qu'il est toujours vénéré. Une église lui est décidée à Montpellier par l'Abbé Recluz, en 1865.

Prière à Saint Roch

Saint Roch, tu as soigné avec générosité et de charité les malades.

Dieu t'a accordé plusieurs fois de guérir, par le signe de la croix, des malades considérés comme perdus.

Avec grande confiance, nous nous adressons à toi et nous te prions : intercèdes auprès du Seigneur pour nous obtenir amélioration ou guérison, si Dieu le permet, dans les maladies du corps et celles de l'âme.

Saint Roch, pries pour nous et protèges-nous Amen

Curés de Saint Roch de 1859 à nos jours

  1. Abbé G. Michels (Fondateur) : 21/10/1859-04/05/1889.
  2. Abbé Charlier (décédé en service) : 10/05/1889-29/10/1901
  3. Abbé J. Lefèvre : 22/11/1901-01/10/1910
  4. Abbé J. Engels : 15/01/1911-10/05/1921
  5. Abbé J. Franssen : 02/10/1921-18/07/1939
  6. Abbé G. Desmedt : 01/10/1939-1960
  7. Abbé J. Swinnen (décédé en service) :21/02/1960-24/09/1972
  8. Abbé J. Mestdagh : 01/10/1972-01/02/1977
  9. Abbé J. De Cock : 05/03/1977-14/02/1982
  10. Abbé F. Liekens : 21/03/1982-17/11/1997
  11. Abbé Hugo Van Geel : 17/11/1997-15/01/2017
  12. Abbé Ikakala  Celestin: 15/01/2017-....

eglise et parvis saint roch de bruxelles

Actuel Curé de la Paroisse Saint Roch